Accueil > Edito > La Poste se lance dans la sous-traitance informatique off-shore et invente (...)

La Poste se lance dans la sous-traitance informatique off-shore et invente le "Sociétal Washing"

La maintenance informatique du tri du courrier/colis est désormais sous-traitée à Atos Maroc

lundi 24 octobre 2016, par Antoine

La Poste se lance dans le offshore en sous-traitant l’informatique autour du tri du courrier à Atos Maroc. Pourtant, dans le RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) du groupe La Poste, cette dernière s’engage à favoriser l’emploi local.
Force est de constater que, La Poste, dans cet exercice de grand écart invente le concept de "Sociétal washing" qui consiste, en l’occurrence, à déclarer s’engager à favoriser l’emploi local, à communiquer abondamment sur cela et à faire exactement le contraire.


La poste a lancé un appel d’offre concernant la reprise de la maintenance informatique du tri du courrier et colis. Ce marché, était jusqu’alors détenu par Capgémini avec des développeurs en partie dans les locaux de La poste.
L’appel d’offre vient d’être remporté par Atos Maroc avec un coût journalier d’un développeur d’environ 160 €, soit 2 à 3 fois moins qu’un développeur sur le sol Français.
Atos a en effet monté une structure "low cost" dédiée au marché francophone. (principalement au marché français, belge et suisse). Pour que la pilule soit plus douce, on appelle cela du near-shore, c’est comme du off-shore, mais ça c’est un mot qui fait trop peur... alors que le near-shore c’est plus proche, une sorte de off-shore mais en plus cosy... A Casablanca, il y a même le CasaNearShore, une sorte de supermarché du near-shore. Vous pourrez constater que d’autres SSII y sont présentes : Logica Steria, Accenture, GFI,... allez voir sur le site casanearshore
En réalité, cela s’appelle plutôt "dumping social" : des développeurs low-cost qui n’ont pas la même protection sociale qu’en France ni les même droits, tous ça en contrepartie d’un prix très bas.
Nous n’avons évidemment rien contre les développeurs marocains ni contre le développement de cette activité au Maroc mais il n’est pas du tout impossible que demain, le développeur marocain ne soit plus assez low-cost et on trouvera un autre pays encore plus "low-cost" avec encore moins de protection sociale et alors, qu’adviendra t-il des milliers de développeurs Marocains ? Il seront gentiment remerciés, sacrifiés par la politique de terre brulée pratiquée par les grandes sociétés mondialisées qui recherchent toujours les coûts les plus bas, quelles qu’en soient les conséquences sociétales.

Pourtant, quand on se penche sur la politique du RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) du groupe La Poste, on verserait presque une larme tant le vœu est pieux et tant la vertu y semble grande. On peut lire, notamment sur le site http://legroupe.laposte.fr/profil/les-engagements-rse/la-politique-rse-du-groupe-la-poste que le groupe La Poste s’engage, je cite :
"à être un Groupe qui contribue au développement économique des territoires et à l’emploi local."

Toujours sur cette même page, 3 axes majeurs sont définis dont le premier est, je site :
"agir autrement, en favorisant les initiatives économiques pour un développement durable des territoires. C’est faire bouger les lignes vers une économie de proximité, plus inventive, plus responsable, ..."

A moins de considérer que le Maroc est un "territoire de proximité" qui serait une mauvaise traduction de "near-shore" ; nous sommes à nouveau face à un nouvel exercice de grand écart de La Poste qui après le green washing (avec, par exemple, la lettre verte), invente le Sociétal washing qui consiste, en l’occurrence, à déclarer s’engager à favoriser l’emploi local, à communiquer abondamment sur cela et à faire exactement le contraire.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Plan du site |Charte Forum |Rédaction | SPIP| Surfez avec Firefox | Suivre la vie du site RSS 2.0