Accueil > Vie des services > ex-DPI > A la DPI, on démutualise et on déménage ... les machines

A la DPI, on démutualise et on déménage ... les machines

lundi 28 février 2005


Ou comment en démutualisant ici alors que dans d’autres services on n’a que le mot mutualisation à la bouche, on vise un même objectif : la casse des services informatiques !

Les évolutions à court terme de la DPI sont liées à la métiérisation de l’informatique et à 2 autres projets : la facturation des prestations DPI et le projet d’externalisation du parc machines.

Démutualisation

A peine la DPI-QST était-elle créée qu’elle perdait l’informatique centralisée SF via une société de services.

Et la DPI-SF était séparée de la DPI, alors que l’unité de la DPI devait être préservée (dixit le Directeur de la DPI à son arrivée, il est parti depuis...)

On sent bien les mêmes forces (obscures ?) à l’oeuvre pour séparer la DPI courrier de la partie DPI Ressources.

De nombreuses incertitudes subsistent sur l’avenir et les activités de la DPI-QST et du SIE Orléans, la répartition des tâches entre elles étant mal définies.

Le SNERI Nancy rattaché à la DPI-QST va voir disparaître son activité SF sous le prétexte que la banque postale (ECP) aura besoin d’être contrôlée par des organismes externes.

Dans ce marais organisationnel la sous-traitance prospère et se développe de plus en plus. Ils recherchent le chaos technique ?

Le projet SSPI (sécurisation des sites de production informatique)

L’externalisation de l’hébergement des machines concernait dans un premier temps la DPI-SF.

C’est l’hébergement de l’ensemble du parc machine de la DPI qui est maintenant annoncé !

Sous prétexte de sécurisation, l’objectif affiché est 3 sites externalisés dont 1 pour les PRA (plans de secours).

Les appels d’offre aux prestataires ont commencé, le déménagement du 1er site est prévu fin 2005 et le tout doit être bouclé fin 2006 !

Sont donc concernés : Châlons, Dijon, Limoges pour le courrier, Orléans, Rennes, Rouen pour Ressources-RGP et la DPI-QST (Nancy et Nantes).

C’est donc un prestataire qui assurera gardiennage, logistique, "opérations de proximité" ...

Bien sûr, ce n’est pas pour faire plaisir à leurs "copains" des SSII. Ces "coquins" nous affirment (sans rire) qu’ils ont fait un diagnostic sécurité où on apprend que les SPI présentent des "vulnérabilités structurelles majeures".

Ben oui, certains ont des faux planchers, des baies vitrées au 5ème étage (attention aux chutes d’avions), des planchers limites poids, des combles en bois (le comble)...

Quand on veut noyer son chien ...et plutôt que d’améliorer la sécurité sur les sites existants, on va tout déménager.

Questions naïves : les données du SI, vitales pour toute entreprise,est-ce bien raisonnable et sécurisant de les héberger en externe ?

Le nombre actuel de SPI est plutôt un atout pour mettre en oeuvre des plans de secours, mais le Plan de Reprise d’Activité ... signifie sans doute Reprise de l’Activité des Postiers par les SSII.

Pourra t-on voir leurs sites hautement sécurisés ? La réponse aux organisations syndicales est pour l’instant non.

Circulez il n’y a rien à voir !!

La facturation

Toutes les directions transverses sont concernées. Les prestations aux métiers seront identifiées et facturées au niveau des projets.

Les métiers compareront le coût interne et externe. Comme on aura cassé entre temps les organisations qui marchaient, que les compétences auront été transférées aux SSII, on devine aisément l’épilogue.

Et le personnel ?

Ayez confiance nous disent nos grands chefs qui varient dans leurs discours sans se démonter. La guerre des chefs n’arrange rien.

Le projet SSPI prévoit le maintien du personnel dans les mêmes lieux grâce à la téléexploitation.

Ils ne peuvent pas tout faire en même temps : d’abord mettre à l’abri le "trésor de guerre", les machines. Et puis après...

Pour situer le problème, les API (une centaine à la DPI) qui n’ont pas été intégrés au Référentiel SI doivent bénéficier d’un plan social en 2005 : mesures d’age, formations, reclassements.

Le terminus proposé pour tous les informaticiens commence à apparaître assez clairement : le reclassement dans un plan social déguisé.

On veut nous faire croire que c’est l’avenir, la marche normale à suivre.

Mais rien n’est inéluctable et nous avons encore les moyens de nous y opposer.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Plan du site |Charte Forum |Rédaction | SPIP| Surfez avec Firefox | Suivre la vie du site RSS 2.0