Accueil > Vie des services > DISFE > CTP de la DISF du 21 novembre 2006

CTP de la DISF du 21 novembre 2006

mardi 28 novembre 2006


Voici le texte de la déclaration préalable de SUD au CTP


Tout d’abord, nous devons nous étonner de l’intitulé de ce CTP : «  Evolution de l’informatique de la Banque Postale », nous rappelons que nous sommes dans un CTP de la DISF de La Poste et nullement à La Banque Postale, l’intitulé le plus proche et le plus juste serait « Incidences de l’Informatique de La Banque Postale sur l’organisation de la Direction de l’Informatique des Services Financiers de La Poste », voire au pire « Evolution de l’informatique au nom et pour le compte de la Banque Postale ». La représentation de SUD à La Banque Postale a été interdite et si l’on voulait nous faire cautionner ces évolutions de l’extérieur, cela ne nous conviendrait pas.

D’autres changements comme des créations de Directions n’ont pas fait l’objet d’un CTP, nous nous étonnons de ces différences de traitement (cas de DQS). Le changement du directeur RH qui est un interlocuteur particulier des organisations syndicales, n’a pas fait l’objet d’une communication aux Organisations Syndicales (OS), ni au personnel. Pour nous, tout changement dans l’organigramme doit faire l’objet d’une communication spécifique aux OS et pas seulement la publication de l’organigramme trimestriel.

Avec cette réorganisation, se multiplient les directions où travaillent des agents de deux entreprises différentes, nous sommes clairement opposés à ce mélange des statuts, des employeurs et des droits des agents au sein d’une même direction. Nous sommes toujours opposés à la création de la Banque Postale mais nous sommes aussi opposés à ces « mix ». Les entreprises et leurs agents doivent être clairement identifiés.

Dans le même ordre d’idées, nous dénonçons le flou qui préside au statut des dirigeants de la DISF de La Poste, il nous semble qu’ils sont salariés d’une autre entreprise (La Banque Postale en l’occurrence) et pas de La Poste, cela nous trouble. Il nous semblerait logique que nos dirigeants soient de la même entreprise que nous. Cette remarque s’appuie sur l’absence de leurs présences dans l’outil Contact de La Poste et sur les difficultés apportées à notre demande de consulter le Registre Unique du Personnel. Nous enverrons donc une demande officielle de consultation du Registre Unique du Personnel en même temps que la copie de cette déclaration.

Cette information est importante à plusieurs titres et nous souhaitons une réponse claire. En effet, ne peuvent siéger en CTP, CAP, CCP que des agents de La Poste. Si l’appartenance des membres du Comité de direction de la DISF à La Poste n’était pas prouvée, cela mettrait en cause la validité des CTP, d’un certain nombre de CHS-CT voire de CAP-CCP tenus en 2006. Cela poserait aussi la question du lien hiérarchique des agents de La Poste avec La Poste, si la direction n’était pas composée d’agents de La Poste.

De plus quand on sait que les salariés de La Banque Postale sont intéressés financièrement à la productivité de notre travail, nous agents des services financiers de La Poste, cela nous apparaît évidemment injuste mais c’est aussi une source de division entre des personnels dont vous nous dites qu’ils doivent travailler dans le même sens.

Par ailleurs, nous constatons des changements de régime sans qu’aucune information n’ait été donnée aux organisations syndicales. A Gradignan, s’applique à tout le personnel, un règlement intérieur qui met en oeuvre les horaires variables. Nous constatons que des agents, cadres supérieurs managers, n’y sont plus soumis et que cela n’a fait l’objet d’aucun CTP. Ce sont pourtant des changements importants, qui ne peuvent se faire sans la consultation des organisations syndicales.

C’est pourquoi puisqu’un CTP se tient nous tenons à dénoncer tous les non-dits de la DISF, et la tenue de ce CTP ci ne peut effacer ces manquements criants.

Concernant le précédent CTP sur la réorganisation des CDO, nous ne pouvons que déplorer que :

1)Aucune des revendications du personnel qui ont été portées par les organisations syndicales lors de la grève du 07 novembre 2006 et lors des discussions préalables au CTP du 02 novembre 2006 n’ont été prises en compte pour la mise en œuvre de ce projet.

2)Il est inadmissible que la DISF se prévale dans les documents afférents au CHSCT d’une quelconque négociation avec les organisations syndicales pour la mise en œuvre du projet. Le dialogue social est inexistant, car abaissé à un niveau d’inutilité et d’improductivité jamais atteint, et considéré par DISF comme une simple procédure administrative à respecter dans la mise en œuvre d’un projet, sans aucune volonté de négocier quoi que ce soit.

Nous rappelons leur demande de réelles négociations sur la base des revendications maintes fois exprimées :
- Maintien des cycles actuels de travail pour le pilotage, maintien des horaires variables à GDC, et extension à tous les services de GDC où cela est possible.
- Maintien des permanents de nuit, des volants de remplacement et souplesse dans la gestion des remplacements.
- Maintien des systèmes d’astreinte de week-end et jours fériés existant actuellement au pilotage, libre choix pour les agents d’une compensation de ces astreintes en RC.
- Reprise en interne des activités sous-traitées, et la mise en œuvre des moyens humains et financiers qui le permettent.
- Règlement des distorsions fonctionnelles par passage des agents II.3 sur le niveau III.2.
- Revalorisation significative des travaux de nuit et de week-end

Version imprimable de cet article Version imprimable

Plan du site |Charte Forum |Rédaction | SPIP| Surfez avec Firefox | Suivre la vie du site RSS 2.0